Le ressenti des femmes

Le Chagrin Des Vivants  (Wake pour son titre titre original) sorti en 2014 au Royaume-Uni, 100ans après le début de la Grande Guerre, est écrit par Anna Hope. Il est publié en France chez Gallimard en 2016. L’idée de ce roman lui est venue après une visite dans un cimetière militaire. Elle lui a donné envie de se plonger dans la réalité de l’époque bien qu’elle soit horrible.

Ce premier roman d’Anna Hope, raconte la vie d’Evelyn, Hettie et Ada pendant cinq jours, les cinq jours précédant l’arrivée du soldat inconnu à Londres, le 11 novembre 1920. Elle décrit la vie de ces trois femmes d’une manière poignante. Elles ont toutes perdu un frère, un fils ou un amant. Les chemins de ces trois femmes sont destinés à se croiser, mais de quelle manière ? Ça c’est à vous de le découvrir.

Ce roman est extraordinaire. C’est l’un des plus entraînants et des plus réalistes que j’ai pu lire. Anna Hope donne vie au style de l’époque d’une façon exceptionnelle, elle nous donne envie de lire la suite, ce livre est addictif : on veut toujours en savoir plus.

« Dans Le Chagrin Des Vivants je voulais montrer les sentiments qui animent les femmes » nous dit l’auteur et elle le fait à la perfection. Les caractères des trois femmes sont totalement différents. Hettie, la plus jeunes d’entre elle, travaille pour sa mère et son frère, de plus, elle est admirative des femmes indépendantes, femme comme Evelyn. Celle-ci a perdu son fiancé et vit donc seule, gagne sa vie elle-même et grâce, à son caractère bien forgé, se débrouille remarquablement dans la vie. Quant à Ada, la doyenne, elle a perdu son fils mais elle est totalement dépendante de « l’image » de son fils encore vivant. Elle a aussi l’envie de retrouver l’amour et l’étincelle du début de l’histoire de son mariage. Toutes trois vont faire face à leur démons les plus enfouis, ce qui va indirectement les mener les unes aux autres. Anna Hope fait à la perfection la liaison entre les vies si différentes de ces femmes et la vie des anciens soldats. Elle nous montre que cette guerre n’a pas été terrifiante, traumatisante et dure uniquement pour les hommes sur le front, mais pour tous ceux qui ont perdu un proche, ceux et celles qui ont travaillé dans la fabrication des armes, ceux qui se sont rongés dans l’attente du retour de leur proche, à garder espoir de revoir un jour le sourire de leur bien aimé qui en réalité avait quitté ce monde depuis un moment déjà.

Le seul défaut que je pourrais trouver à ce roman c’est la fin, une fin frustrante, qui nous laisse sur notre faim dans l’attente d’une suite, mais ne serait-ce pas pour nous faire ressentir une infime partie de l’attente que ces femmes ont dû endurer ?

Eva 2D1


Le chagrin des vivant – e – s

 Le Chagrin des vivants est un roman écrit 100 ans après la fin de la Première Guerre mondiale. Il retrace l’histoire de trois femmes qui ont été affectées par ce conflit : Henrietta, Ada et Evelyne. Il a été écrit par Anna Hope écrivaine et actrice née à Manchester en 1974.

Un roman : trois femmes

Le roman se passe en Angleterre et est centré sur trois femmes qui ont toutes un rapport avec la guerre bien différent.

Il y Ada une femme, d’une quarantaine d’années et  mère de famille meurtrie par la disparition de son fils en France et dont le corps ne sera jamais rapatrié. Un instant précis dans le roman nous montre qu’elle en devient presque folle : un homme vient lui vendre des produits, et à un moment, il prononce le prénom de son fils « Mickaël » ; une autre fois, elle sort d’une boucherie en courant car elle pense l’avoir vu rentrer à la maison :

«Elle détourne la tête et fixe la rue à l’endroit où le soleil frappe le sol. Deux femmes se tiennent sous l’auvent du poissonnier, un jeune homme les dépasse, la tête tournée de l’autre côté. Il est mince, brun. Il ressemble à Michael. Il ressemble à son fils. […]Elle le hèle, mais il est trop loin, il  n’entend pas […] Son fils est toujours là, il remonte la rue ensoleillée ‘un pas régulier, en direction du parc. « Michael ! » crie-t-elle […] Elle crie à nouveau son nom. […] Quand il a atteint le haut de la rue, elle le voit hésiter, enfin, devant la quincaillerie, comme s’il réfléchissait à l’endroit où aller, comme s’il n’était pas sûr, soudain, de son chemin. Tourne à gauche. Rentre à la maison. Il tourne à gauche, elle le hèle alors qu’il disparait à sa vue. Elle s’autorise à ralentir un peu maintenant vers la maison, mais quand elle arrive à la quincaillerie, la rue à sa gauche est déserte. Son fils a disparu. »

C’est un personnage brisé et qui ne sait pas le cacher. Elle est très touchante. Je trouve qu’elle devrait apparaitre plus souvent et j’aurais aimé lire une « confrontation » avec Jack, son mari, pour comprendre pourquoi il est aussi indifférent face à la disparition de son fils.

Ensuite on trouve Evelyne, qui entre dans la trentaine. Elle a perdu son fiancé au front et sa famille la pousse à se trouver un conjoint, ce qu’elle ne veut pas faire. Elle est presque traitée de « vieille fille ». Elle travaille aux bureaux des pensions militaires où elle observe les dégâts qu’a faits la guerre. Elle a un frère qui est revenu de la guerre, mais qui a bien changé. Depuis, il est alcoolique et ne respecte plus rien ni personne. Evelyne est un personnage très fort psychologiquement. Je trouve que c’est le personnage le plus important du livre qui donne au roman un dénouement digne de ce nom. Elle cache sa douleur dans une colère sourde.

On a enfin Henrietta aussi appelée Hettie par sa meilleure amie Di. Elle est danseuse de compagnie au Palais. Elle accompagne d’anciens soldats sur la piste de danse. Du haut de ses 19 ans, elle a perdu son père et a un frère, Fred,  traumatisé par la guerre. Hettie est le seul personnage qui ne comprend pas pourquoi personne ne passe pas à autre chose près de trois ans de la fin de la guerre. C’est une jeune fille qui est perdue, elle est en colère et presque jalouse de sa meilleure amie qui est facilement passé à autre chose : « Assise sur le rebord de son lit, Hettie a le regard perdu dans sa petite chambre ensoleillée. Réveillée depuis les premières lueurs du jour, elle n’a pas presque pas dormi. Elle a le nez bouché, les yeux gonflés, la poitrine écorchée vive. Elle est persuadée que son frère a dû l’entendre pleurer à travers les murs. »

Anna Hope nous garde en haleine jusqu’à la fin car on se demande si les héroïnes vont se rencontrer. Tout au long de l’ouvrage, elle ajoute des détails qui font que les personnages côtoient les mêmes personnes. Par exemple, Hettie rencontre le frère d’Evelyne dans un bar. Même si nous savons qu’elles iront toutes à la cérémonie du soldat inconnu, on ne sait pas si elles vont se rencontrer.

 Un roman féministe

La question de la femme durant la guerre est abordée grâce à Evelyne qui travaillait dans une usine de munitions durant la guerre. Cela a permis de démontrer qu’une femme a  les même capacités qu’un homme ; cela a permis aux femmes de s’émanciper de la supposée supériorité de l’homme ; c’est d’ailleurs en Angleterre que le droit de vote fut adopté dès 1918.

Le Chagrin des vivants est un des premiers roman à mettre en scène des femmes dans l’après-guerre. Il se distingue donc des autres qui sont principalement centrés sur des soldats. Il parle non seulement des dégâts de la guerre mais est aussi de sentiments forts et de deuil. Ana Hope a dit au magazine Télérama en février 2016, au moment de la sortie de son livre en France que «  Dans le Chagrin des vivants, je voulais monter les sentiments qui animent les femmes » d’après-guerre. Elle a également déclaré que si l’opportunité se présentait, elle accepterait une adaptation télévisée ce qui pourrait élargir le public sur la question de la place de la femme en société.

C’est un roman que je recommande vivement : un beau roman féministe sur un fond historique.

Mathilde 2D1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s