Le projet HAVOC : La Cité des Nuages

Deux scientifiques de la Nasa, plus précisément du Langley Research Center(le plus ancien centre de recherche de l’agence) ont récemment mené plusieurs études pour finalement annoncer qu’il serait plus simple de coloniser Vénus avec le projet HAVOC que d’aller à la conquête de Mars.

Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de Dale Arney et Chris Jones lorsqu’ils ont commencé leurs recherches sur une hypothétique colonisation de Vénus ? Sa surface infernale n’a pourtant rien d’accueillant, en témoignent les quelques sondes ayant approché son sol sans pouvoir y survivre longtemps à cause de la chaleur qui y règne. 460 °C, c’est dur à supporter ! Comment pourrait-on habiter sur une planète où toute forme de vie semble bannie ?
Pourtant, le projet HAVOC, Hight Altitude Venus Operational Concept, a bel et bien vu le jour. D’après les scientifiques, ce n’est pas sur le sol de Vénus que l’homme pourrait s’installer mais à 50 km d’altitude, dans l’atmosphère de la planète ! Les cités imaginées par l’équipe, avec peut-être comme source d’inspiration la Cité des Nuages de Bespin dans Star Wars, seraient maintenues dans le ciel grâce à d’énormes dirigeables capables de résister aux rafales incessantes parcourant les cieux à 100 m/s.

Coloniser Vénus serait plus facile que coloniser Mars
Si ce projet a pour l’instant été retenu par la Nasa, c’est bien parce qu’il aurait, par rapport à la conquête de Mars, quelques avantages. En effet, Vénus est plus proche de la Terre que Mars, les aller-retour de missions seraient donc moins longs et moins coûteux dans l’ensemble, bien que le coût d’une telle mission reste très élevé. De plus, à 50 km d’altitude dans l’atmosphère de l’étoile du berger, les conditions de vie, malgré les 75 °C, sont comparables à celles de la Terre. En revanche, sur Mars, le grand froid et les radiations environ 40 fois supérieures à celle de la Terre rendraient la vie difficile. Du côté énergétique, les chercheurs pensent déjà avoir une solution pour faire « vivre » ces cités volantes, grâce à une production d’énergie solaire grandement facilitée par la puissance du rayonnement du Soleil, 2.4 fois plus élevée que sur notre planète bleue.

Venus Airship Size Comparison
Mais comment se passerait la colonisation de Vénus ?

Le projet HAVOC est divisé en 5 étapes :
Étape 1 : Une exploration de l’atmosphère de la planète avec des robots pour récolter les données nécessaires à l’élaboration des futures colonies et des futures missions.
Étape 2 : Une mission humaine de 30 jours en orbite autour de Vénus pour avoir accès à d’autres données.Venus Evolutionary Exploration Program
Étape 3 : Une seconde mission humaine de 1 mois, cette fois-ci dans l’atmosphère de Vénus, avec seulement quelques astronautes à bord de leurs « vaisseaux ballon ».
Étape 4 : Une mission plus ambitieuse d’une durée de 1 an.
Étape 5 : Installer d’autres ballons pour créer une base humaine permanente dans le ciel de Vénus.

doc havocL’un des défis majeurs à relever pour les ingénieurs sera de gérer les entrées et sorties dans l’atmosphère.
Cependant, la Nasa a travaillé sur de nombreux projets très audacieux qui n’ont jamais été réalisés. Il est donc fort possible que le projet HAVOC ne se concrétise jamais. De plus, la Nasa a déjà investi beaucoup d’argent dans la conquête de Mars. Mener de front les deux missions serait sans doute trop coûteux pour le budget américain.

Prêts à vivre l’aventure ?

Selma Senac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s