Danse avec le coyote

« I like America and America likes me » Mai 1974, Galerie René Block, Joseph Beuys

« I like America and America likes me », Joseph Beuys, 1974

 Du 10 octobre au 11 janvier 2015, au Tri Postal de Lille, dans l’exposition « Passions Secrètes », les visiteurs peuvent contempler la fameuse série de clichés immortalisant la performance réalisée en 1974 par Joseph Beuys et intitulée « I like America and America likes me »


Beuys et le Coyote
En 1974, l’artiste allemand réalise une performance spectaculaire depuis son domicile de Düsseldorf jusqu’à New York. Joseph Beuys refuse de poser le pied sur le sol américain, boycottant la guerre contre le Vietnam. C’est donc transporté en ambulance dans une couverture de feutre qu’il réalise le trajet de l’aéroport Kennedy à la Galerie de René Block. Là, il cohabite pendant plusieurs jours avec un coyote, joue avec lui au moyen d’une lampe torche, d’une canne et d’un triangle et partage paille et couverture avec l’animal sauvage. L’action est dangereuse, car on ne sait pas comment l’animal peut réagir. Le coyote s’amuse à déchirer la couverture puis s’habitue peu à peu à la présence de l’artiste. Les photographies et le film permettent de revivre la performance et d’inscrire son œuvre dans la durée.

Le coyote, animal sacré des Indiens
Les spectateurs, protégés par une barrière, observent le happening. Quel message veut leur faire passer Joseph Beuys ? Animal sauvage et mythique pour les Amérindiens qui le vénèrent, le coyote est globalement méprisé par les Blancs. Il devient le symbole d’un peuple avec lequel l’artiste entame un dialogue. Il entend rendre hommage à la culture et aux croyances d’un peuple qui a quasiment disparu.

J’aime l’Amérique et l’Amérique m’aime
Le titre de la performance est clairement ironique et à replacer dans le contexte de la guerre froide et de la guerre du Vietnam. Dans les années 70, le performeur rapproche les victimes de la guerre du Vietnam et les Amérindiens massacrés par les Américains lors de la conquête de l’ouest au XIXe siècle. Au travers de cette œuvre, l’artiste qui a lui-même combattu durant la Seconde Guerre mondiale, s’engage et délivre un message pacifiste.

Anais (2de 8)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s