Subway : Les dessous du sandwich

Le coup de génie de Subway ? Avoir inventé au pays de la malbouffe, un nouveau concept diététique. Rempli de légumes, le sandwich ne compterait que deux à trois-cents calories et ferait maigrir.

Jared Fogle, un ancien obèse est devenu le porte-parole de l’enseigne. Il affirme avoir perdu 110 kilos en mangeant du Subway tous les jours. Pour enfoncer le clou, dans ses pubs, la marque américaine s’est offert les plus grands sportifs internationaux : Michael Phelps (natation), Tony Parker (basket-ball) ou encore Pelé (football). Les américains sont alors convaincus : « Il y a plein de légumes, j’adore manger ici » dit l’un. « Tout est frai chez Subway, ce n’est pas de la malbouffe comme chez McDo ou Burger King. » affirme l’autre. En 2014, la première dame Michèle Obama, avait choisi l’enseigne comme partenaire pour sa campagne contre l’obésité infantile : « Let’s Move ». Un coup du pub incroyable.

Subway, pas plus de diététique de McDonald’s ?

C’est ce que révèle un chercheur de l’Université de Californie, Lenny Lesser. Selon lui, un sandwich comporterait, en effet, entre 850 et 1000 calories. On est loin de 300 calories affichées sur le menu. Subway participerait, alors autant, aux problèmes d’obésité que McDonald’s. Pour l’entreprise américaine, si les sandwichs sont trop caloriques, c’est la faute du client qui le compose lui-même. Malgré ça, Subway continue son expansion. En 2015, l’enseigne comptait 44.000 restaurants partout dans le monde. Chaque jour, l’enseigne vend 7 millions de sandwichs, soit 73 par seconde. Un bénéfice énorme ?

Subway, plus doué pour échapper au fisc ?

Contrairement à ce que l’on croit, l’enseigne américaine ne possède aucun restaurant. Subway vend des franchises à des entrepreneurs. Le coût d’entrée est l’un des moins chers du marché : 10 000€. Ensuite, l’entrepreneur, reverse des royalties qui s’élèvent à 12,5% de son chiffre d’affaires réalisé sous le nom de Subway. En 2013, l’enseigne à perçu, au total, 214 millions de royalties partout en Europe. Toutefois, les franchisés envoient l’argent en Hollande où se trouve la maison mère de Subway. Elle reverse ensuite, à ses filiales nationales, juste ce qu’il leur faut pour rembourser les frais de fonctionnement. Ainsi, l’entreprise américaine ne paye que très peu d’impôts : 9500€ en France pour 26 millions d’euros de bénéfices (2013). La même année, il restait donc à Subway 102 millions d’euros de bénéfices nets. Le fisc hollandais ne taxe pas les transferts d’argent hors de ses frontières. Cette somme a donc été envoyée au Liechtenstein, là où l’enseigne ne paye pas d’impôts sur le bénéfice. Avec près de 100 millions placés dans des paradis fiscaux chaque année, le numéro un du fastfood est aussi le roi de l’optimisation fiscale.

Corentin Ficner – 18/11/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s