Une pièce de théâtre » enflammée »

Retour sur la représentation Fahrenheit 451 de la troupe LE THEATRE EN ANGLAIS le mardi 13 février 2018. Des élèves de terminales ainsi que des premières ont eu la chance de pouvoir se rendre au théâtre Sébastopol de Lille afin d’assister à une représentation théâtrale du livre Fahrenheit 451 écrit en 1953 par Ray Bradbury, s’inscrivant dans la séquence étudiant l’écriture de la dystopie comme facteur de progrès pour l’humanité.

Cette dystopie retrace l’histoire d’un pompier nommé Guy Montag, vivant au sein d’une société où lire, s’instruire et développer un avis critique est banni. Comme nous le savons, le pompier est chargé de protéger la population (ici, des livres soi-disant dangereux). Alors, paradoxalement, dans cette nouvelle ère, il n’éteint pas le feu, il l’allume.

Cette dystopie est le fruit de la représentation que se fait Ray Bradbury du futur. Elle désigne un monde où la liberté de penser est opprimée c’est-à-dire que la propagande mise en place par le gouvernement n’accepte que son seul et unique point de vue et fait adhérer celui-ci de gré ou de force aux habitants de cette société nouvelle. En effet, Bradbury s’inspire de l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale et notamment de la dictature d’Hitler qui eut recours aux autodafés. Dans son œuvre, personne n’a le droit de lire un livre, ils sont tous soi-disant dangereux et nocifs : il faut tous les brûler. L’originalité de ce livre c’est que les pompiers de cette dystopie sont l’antithèse du pompier que nous nous connaissons. Certes, ils sauvent la population mais ils brûlent les livres, feu qu’éteindraient nos pompiers du XXIème siècle.

La mise en scène choisie par Paul Stebbings est, nous trouvons, mûrement réfléchie et nous avons apprécié les idées qui la rendent efficace. En l’occurrence, les sons apportent d’étonnantes émotions auxquelles on ne s’ attend pas. Le 4ème mur est brisé et amuse le spectateur *attention spoiler* lorsqu’un seau d’eau leur est jeté dessus. Nous soulignons également les décors modestes mais véritablement efficaces pour les effets recherchés ainsi que pour la trame de l’histoire.

 


Version anglaise de l’article :

A “heated” play

Let’s talk about the Fahrenheit 451 performance by « le theatre en anglais » on Tuesday, February 13, 2018. Some students of Première and Terminale were lucky enough to go to Lille’s Sebastopol Theatre to attend a performance of the book : Fahrenheit 451 written in 1953 by Ray Bradbury. This dystopia deals with the story of a firefighter named Guy Montag, living in a society where reading, education, and critical opinions are banned. As we know, firefighters are responsible for protecting the population. However, paradoxically, in this new fictional era, they do not put out fires, they start them.

This dystopia is the result of Ray Bradbury’s vision of the future. It refers to a world where the freedom to think is oppressed, that is to say that the propaganda put in place by the government through TV and the radio impose only point of view and makes the inhabitants of this new society adhere to it. Indeed, Bradbury is inspired by the history of the Second World War and especially the dictatorship of Hitler when the burning of books ( autodafé) was part of the propaganda. In his work, no one has the right to read books which are all supposedly dangerous and harmful: we must burn them all. The originality of this novel is that the firemen of this dystopia are the antithesis of the firefighters that we know today.

The staging chosen by Paul Stebbings is, we think, well thought out and we appreciated the ideas that emerged. In this case, the sounds bring amazing emotions that we do not expect. The 4th wall is broken and amuses the spectator when a bucket of water is thrown onto them. We can also highlight the modest decorations that really efficient for the desired effects as well as for the plot of story.

Manon Pitten TL2 et Eloïse Bethencourt TL3

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s